Côte d'IvoireMaliBurkina FasoTogo

Se Connecter|Pas encore inscrit(e) ? cliquez ici

vous êtes ici : Accueil Conseils Emploi Actu Conseil Employeurs, digitalisez-vous pour ê...
Conseils Emploi
Réseaux Sociaux
Actu Groupe RMO
plus d'articles »
Dernières Offres

Actu Conseil

Employeurs, digitalisez-vous pour être attractifs !

  • publié il y a : 2 ans
  • vues : 2198  
  • tags : Employeurs -  - digitalisez-vous - attractifs
Employeurs, digitalisez-vous pour être attractifs !

Les entreprises les plus digitalisées sont aussi les plus prisées des candidats. C’est ce qui ressort du classement Top Attractors 2016 réalisé par LinkedIn. Un constat qui vaut pour les géants du luxe, comme pour les fleurons de l’industrie, les grandes banques françaises et bien sûr les nouveaux-nés de la tech. Explications.


Il n’y pas de secret : pour plaire, il faut « I-NNO-VER » ! A l’instar d’Engie, qui a mis les bouchées doubles pour investir dans les énergies renouvelables. Au programme : un incubateur d’idées, l’Openinnov, pour dénicher les sources de demain. Le géant tricolore de l’énergie se hisse ainsi au pied du podium du classement #TopAttractors2016 de LinkedIn, juste derrière les fleurons du luxe, talonnés par les petits nouveaux de la tech, Criteo et Vente-privee.com.

Ce classement réalisé par LinkedIn est unique en son genre. Il recense les 25 entreprises les meilleures en France pour attirer et fidéliser les talents, d'après l’activité des 433 millions de membres au monde présents sur le réseau social professionnel, dont 11 millions en France. Cela signifie qu’il est le seul à dresser un portrait de l’activité réelle des candidats et non à prendre uniquement en compte ce qu’ils déclarent. Les données publiques de toutes les entreprises de plus de 500 salariés ont ainsi été passées au crible. A commencer bien sûr, par le nombre de candidatures aux offres d’emploi postées, mais pas seulement. L’engagement des membres a été minutieusement mesuré, à savoir leurs interactions avec la page de l’entreprise ou encore avec les profils de ses salariés. Nos équipes de data scientists ont également analysé la capacité de rétention de l’entreprise, en mesurant entre autre, la mobilité de ses salariés, comme vous pouvez le découvrir dans le billet de Daniel Roth, rédacteur en chef exécutif chez LinkedIn, détaillant la méthodologie utilisée.

Les porte-étendards du luxe et les fleurons du CAC 40 restent des valeurs sûres aux yeux des candidats

Résultats : les porte-étendards du luxe restent des valeurs sûres aux yeux des candidats. Le classement de LinkedIn fait ainsi la part belle aux maisons les plus prestigieuses. LVMH, Hermès, Chanel occupent les 3 marches du podium. Reconnues pour leur culture de l’excellence, réputées pour leur savoir-faire en marketing, les grands groupes comme L’Oréal (5ème), Cartier (6ème), Les Galeries Lafayette (20ème), Clarins (21ème) ou Le Printemps (22ème) figurent aussi dans ce top 25. Même si ces grandes maisons s’efforcent de sauvegarder les savoir-faire artisanaux – Hermès a créé une école des métiers du cuir ; LVMH un Institut des métiers de l’excellence - , elles disposent d’une vraie force : elles savent innover ! Pour preuve, le lancement de l’Apple Watch Hermès ou l’appli Make up Genius créée par L’Oréal et téléchargée… 15 millions de fois.

D’une manière générale, les fleurons du CAC 40 ont toujours autant la cote. Chouchous des candidats, ils ne sont pas moins de 9 parmi les 25 entreprises classées en France. En période de turbulences économiques, ces grands groupes offrent en effet une stabilité et des perspectives de carrière rassurantes. Le leader tricolore l’agro-alimentaire Danone (8ème en France) réussit ainsi à s’ériger au 45ème rang du classement mondial, fort d’une solide réputation et poussé à innover par son nouveau P-DG Emmanuel Faber (lien FT). Il y aussi Safran, ses nouveaux moteurs révolutionnaires et ses 6.000 recrutements prévus en 2016, ou Pernod-Ricard, le géant du secteur des vins et spiritueux dirigé par le plus jeune P-DG du CAC40, Alexandre Ricard, tout juste âgé de… 44 ans !

Engouement pour les nouveaux géants du web

Devenues grandes, les start-up tricolores réussissent désormais à rivaliser d’attractivité face à ces mastodontes. Parmi les favoris des candidats : Criteo, le spécialiste de la publicité en ligne, au 11ème rang du classement français, talonné par le roi du déstockage en ligne, vente-privee.com (12ème). A noter : la présence d’Ubisoft, l’éditeur de jeux video à succès (dont Les Lapins Crétins ou Assassin’s Creed pour n’en citer que 2). Des conditions de travail idéales, des locaux ultra-design, des patrons iconiques à l’instar de Jacques-Antoine Granjon - alias « JAG » pour les intimes - chez vente-privee et une santé économique insolente (+14% pour Ubisoft en 2015), voilà la recette de leur attrait. Des atouts qui suscitent des convoitises, notamment celles de Vincent Bolloré qui cherche àmettre la main l’éditeur de jeu vidéo !

Cet engouement pour les nouveaux géants du web est une tendance encore plus marquée au niveau mondial. Les Google, Facebook, Amazon ou Uber trustent le top 10 du classement international. Avec leurs avantages et leur ambiance de travail unique, ils représentent près de la moitié (45%) des entreprises les plus convoitées du moment aux Etats-Unis. Un mythe soigneusement entretenu par les entrepreneurs stars de la Silicon Valley comme Mark Zuckerberg, Elon Musk ou Jeff Bezos, qui font désormais rêver des générations de geeks et de jeunes talents partout dans le monde.

Digitalisation à tous crins

Cette tendance n’a évidemment pas échappé aux grandes banques, qui tentent de faire oublier la crise financière, l’affaire Kerviel ou les Panama Papers, en se « digitalisant » à grands pas. Ainsi, BNP-Paribas investit dans les FinTech et dispose de 2 pépinières de startups à Paris et à Massy (Essonne). A la Société générale, ce sont les nouvelles méthodes de travail qui sont mises en avant. « La qualité de vie au travail est une condition indispensable à l’attractivité d’une entreprise, à son efficacité et à sa pérennité », comment Edouard-Malo Henry, le DRH du groupe Société générale, qui expérimente notamment le FlexWork. La fin des bureaux attitrés, une petite révolution dans l’univers feutré de la finance !

Même digitalisation forcenée à coup de Mooc, Cooc, serious games et autres hackhatons chez AXA, le numéro 2 mondial de l’assurance. Il est le seul du secteur, à figurer dans ce top 25 au 9ème rang. Aux Etats-Unis, ce mouvement est encore plus marqué. Chez Goldman Sachs (27ème mondial) par exemple, un tiers des 36.500 salariés sont désormais des… ingénieurs !

Au-delà la digitalisation, tous ces employeurs ont un autre point commun : à l’unanimité, tous recherchent des profils créatifs, capables de travailler en mode collaboratif et surtout de s’adapter. Des compétences comportementales devenues désormais aussi essentielles que les connaissances techniques, comme le montre d’ailleurs une récente étude de LinkedIn. Il suffit de jeter un œil à la dernière campagne de recrutement d’Engie pour s’en convaincre : « Vous avez l’esprit d’initiative ? Cultivez-le ! L’audace est une qualité indispensable à l’inventivité (…) Libre à vous d’oser et d’apporter des idées nouvelles », prêche la DRH. A bon entendeur…





A voir egalement



Commentaires